Connect with us

News

Minnesota remporte le titre suprême mais le vrai gagnant de la soirée, c’est la WNBA !

Source photo : Twitter WNBA
Le temps passe et la WNBA gagne de plus en plus de terrain dans sa notoriété. Pas une mince affaire quand le big bro s’appelle la NBA.

C’est comme ça dans une famille. Il faut parfois se soutenir pour que tout le monde puisse révéler son potentiel !
Avec les Sparks et les Lynx, les fans de basket que nous sommes avons le droit à une des plus belles rivalités du sport. Certes méconnue par rapport à la NBA, elle peut compter néanmoins sur son soutien. Quand Kobe dit quelque chose, tout le monde suit. Il n’est pas le seul à promouvoir la WNBA encore et encore sur les réseaux sociaux puisque pas mal de stars ont fait comme lui. Bien sûr les Wolves qui rêvent de faire de même, c’est à dire d’être champions mais il faudrait déjà se bouger les fesses pour aller en playoffs.  Si on émet de parler uniquement de l’envie, de la culture de la gagne, alors c’est un vainqueur par K.O des Lynx sur les Wolves.

Plus que les ricains, c’est bien en France que les filles peuvent être fiers. En effet, BeIN a sorti les muscles puisque pour la première fois de leur histoire, elle a diffusé les finales, étant le diffuseur officiel. On n’oubliera pas une excellente couverture pour réchauffer nos yeux durant tous les playoffs ! Alors oui Minnesota est champion mais au rythme à lequel avance ce championnat, c’est vraiment la WNBA qui a crevé l’écran hier. Quand on voit l’emballement de cette finale par rapport à l’année dernière, qui est d’ailleurs peut être un poil moins bien que l’année dernière, c’est comme de comparer Adèle à Shay. On ne le doit pas qu’à BeIN mais aussi à Sandrine Gruda, au coach Wade (et Edwige Lawson qu’on entend crier telle Gabrielle Union à l’AAA par le passé) ainsi que toute la planète Twitter qui veut faire de la WNBA une majorité !

Ce match 5 était sous tension. Mais dans ce genre d’événement et à une heure pareille, il n’y a même pas besoin de café pour tenir debout avec une excitation à son paroxysme. Il ne fallait pas avoir le cœur fragile pour supporter cette pression. Les Sparks étaient bien moins déterminés que leurs adversaires. Il n’y a qu’à voir le regard de Maya Moore qui est on fire en ce début de match. Elle aurait pu foudroyer n’importe qui, tellement la fille était en mission. Si les Sparks limitent la casse grâce à Candace Parker, le reste de la troupe n’est pas au niveau offensivement.

Sylvia Fowles fait le featuring MVP de la saison régulière x MVP des finales et c’est mérité. Qui va aller chercher 20 rebonds lors d’un match au couperet ? Et bien les grands noms de ce sport et elle prouve qu’elle est la grande dame de cette saison. Les Sparks essayeront de ne pas lâcher mais c’est dans la dernière minute qu’elles peuvent avoir des regrets. Outre le fait que Ogwumike ait été expulsée, le finish est digne de GOT. Pas prévu dans le scénario, les Lynx arrivent à choke tels les Warriors de 2016 ! Deux pertes de belle de suite, dans exactement les deux même situations et il n’y a plus que 3 points d’écart. Puis vint Maya Moore par la suite. Les shoots casse-croûtes, elle adore ça. La fille désormais 4 fois championnes, prend impulsion un pied et rentre un panier qui va délivrer les siennes. Un shoot pour l’histoire sous nos yeux, on ne peut qu’être charmé !

Merci pour cette saison et surtout ce finish. On vous avait dit l’année dernière que ces deux équipes allaient se rencontrer. On prend le même pari pour l’année prochaine ! Maintenant on va prendre notre mal en patience en pleurant sur du Whitney Houston, avant de se retrouver avant de longs mois.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *







More in News